Jeudi c'est Galerrrie: "Ange"

Rencontre / projection : Ange (2019) de Fleuryfontaine. Vidéo issue des échanges entre les artistes et un « hikikomori » (jeunes personnes, choisissant de ne pas sortir de leur domicile pendant plusieurs mois voire plusieurs années).

GRRRANIT SN / en ligne: YouTube
jeu 25 Fév

Catégorie : Expositions, Galerie, Rencontres
Lieu : GRRRANIT SN / en ligne: YouTube
Durée :
Type :

Jeudi c'est Galerrrie: "Ange"

Le duo d’artistes parisiens fleuryfontaine, formé par Galdric Fleury et Antoine Fontaine, interroge les interactions entre l’homme et son environnement en faisant des technologies de l’information et de la communication son terrain d’expérimentation. La restitution de son travail prend aussi bien la forme d’installations, de performances que d’images générées numériquement.

“fleuryfontaine fait l’archéologie du moment cybernétique pour constater « le passage de la modernité à la gouvernance algorithmique ». La théorie de la connaissance, alliée à celle du Capital, s’exprime ici à travers la métaphore de la liquidité, fantasme partagé par les adolescents,les ingénieurs et les prédicateurs d’un monde sans pertes et sans frontières sans cesse régénéré.”
Alexis Jakubowicz, membre du Collège Critique du Salon de Montrouge, 2015

Rencontre / projection : Ange (2019) de Fleuryfontaine. Vidéo issue des échanges entre les artistes et un « hikikomori » (jeunes personnes, choisissant de ne pas sortir de leur domicile pendant plusieurs mois voire plusieurs années).

Ange est le produit des échanges entre deux artistes et un « hikikomori ». Ce terme importé du Japon qui n’a pas vraiment d’égal en France, est utilisé pour désigner de jeunes personnes, parfois même adolescentes, choisissant de ne pas sortir de leur chambre ou de leur appartement et ce pour une durée pouvant aller de plusieurs mois à plusieurs années. C’est le cas de Ael, reclus dans une cabane dans le jardin de la maison familiale depuis 13 ans, quelque part dans le sud de la France.

Le duo d’artistes fleuryfontaine a entretenu avec lui une relation via internet, et a utilisé le médium du jeu vidéo pour tenter de reconstituer l’univers de ce hikikomori et engager un dialogue lors de séances de jeu où Ael évolue dans les environnements créés par ses deux interlocuteurs. Sa chambre, les objets qui la composent, la maison parentale, son quartier, ce film dévoile le portrait fragmenté d’un homme en retrait du monde.

Une production Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains

© Fleuryfontaine, Ange