Cirque, CLOWN, Théâtre
GRANDE SCENE
TARIF C
07 Déc 2021 - 14:15
08 Déc 2021 - 14:15
08 Déc 2021 - 19:00
Achetez votre place

LA CHANSON DE ROLAND

De et par Jean LAMBERT-WILD

Accueil en résidence


Une nouvelle traduction du plus ancien texte littéraire en français dont l’adaptation scénique est une belle occasion de redécouvrir la truculence flamboyante.


Turold se lève au chant du coq et se prépare un café en écoutant la radio comme chaque matin, comme tous les matins du monde, depuis l’an 778 jusqu’à aujourd’hui.


Turold, l’écuyer de Roland, raconte chaque jour la Chanson de Roland.


Son monde ancien, teinté de mélancolie et de fureur, se déploie au présent avec ses poules Suzon et Paulette, son incroyable ânesse Chipie de Brocéliande et ses varlets, complices de sa folie.


Le vieil homme revit la bataille de Roncevaux et nous raconte tout à l’avenant la folle vaillance de son maître, la mort d’Olivier, son voyage sur la lune, la recette de l’omelette des Vascons et la fin épique du chevalier Roland au champ de bataille.


Aux prises avec ses fantômes, coincé dans un présent perpétuel, Turold nous emporte dans un tourbillon joyeux et poétique, pour nous faire vivre sa chanson de geste et réfléchir sur la démesure du Héros.


Retour aux premières sources de la poésie épique française pour Gramblanc.


Après Lucky, Richard III ou Dom Juan, le voici aux prises avec un texte fondateur, une épopée mille fois remaniée et mille fois oubliée : le récit de la mort de Roland.


Les performeurs médiévaux (jongleurs, troubadours et autres) allaient la chanter dans les pays pour raviver la mémoire des exploits accomplis par les Francs au temps de Charlemagne.


Aujourd’hui, vêtu de son pyjama, paré d’un heaume et d’un bâton de bois, Gramblanc s’expose à ces quatre mille décasyllabes composés dans la langue rocailleuse, verte et torrentielle du XIème siècle, ici adaptée pour en favoriser l’écoute sans en perdre la nature.


Nous revivons l’action avec lui, que le récit traverse et transporte là où les félons trahissent, là où les chevaliers combattent, là où les héros meurent, là où le roi venge ses vassaux.


Soutenu par la musique de Bernard Amaudruz qu’accompagnent les improvisations distillées par Jean-Luc Therminarias, encouragé par l’engagement physique du public convié à prêter main forte au clown enragé, Jean Lambert-wild se rue dans une performance totale concoctée avec Lorenzo Malaguerra où l’économie de moyens amplifie l’expérience singulière et oubliée de la geste médiévale.


Car la poésie épique n’est pas composée pour être lue au coin du feu ou dans des manuels scolaires, mais pour brûler par sa profération, et nous tenir en haleine jusqu’à son dernier vers.


Avec un vrai âne, retrouvez l'incroyable Jean LAMBERT-WILD composant une Chanson de Roland ubuesque et inédite !
©Tristan Jeanne Valès
©Jean Lambert-Wild & Malaguerra & associés

Coproduction GRRRANIT SN
Production La Coopérative 326 - Jean Lambert-Wild, Malaguerra et associés
Production déléguée : La coopérative 326

Co-production : Théâtre de l’Union – Centre Dramatique du Limousin, Théâtre du Crochetan –Monthey (Suisse), Le Sirque - Pôle national des arts du Cirque de Nexon Nouvelle Aquitaine
Avec le soutien: Du centre équestre Mané Guernehué de Baden
Le spectacle est soutenu par le réseau Canopée

Traduction, adaptation & écriture : Marc Goldberg, Jean Lambert-wild & Catherine Lefeuvre
Direction : Jean Lambert-wild & Lorenzo Malaguerra
Avec : Jean Lambert-wild, Aimée Lambert-wild accompagnée de l’ânesse Chipie de Brocéliande & Vincent Desprez accompagné des poules Suzon et Paulette.
Musique et création sonore : Bernard Amaudruz accompagné de Jean-Luc Therminarias
Scénographie : Jean Lambert-wild
Lumières : Claire Debar-Capdevielle
Costumes : Annick Serret-Amirat & Simon Roland
Maquilleuse, habilleuse : Christine Ducouret
Régie générale : Vincent Desprez
Régie son : Maël Baudet
Régie Lumière : Renaud Lagier
Signature de Gramblanc : Jean Lambert-wild
Photographies : Tristan Jeanne-Valès
Décor construit par les ateliers du Théâtre de l'Union : Alain Pinochet
Dessins et peintures : Daniel Roussel
Le texte intégral est publié aux éditions Les Solitaires intempestifs.
Tous publics jusqu'à 123 ans
Cirque, CLOWN, Théâtre
GRANDE SCENE
TARIF C
07 Déc 2021 - 14:15
08 Déc 2021 - 14:15
08 Déc 2021 - 19:00
Achetez votre place

LA CHANSON DE ROLAND

De et par Jean LAMBERT-WILD

Accueil en résidence


Une nouvelle traduction du plus ancien texte littéraire en français dont l’adaptation scénique est une belle occasion de redécouvrir la truculence flamboyante.


Turold se lève au chant du coq et se prépare un café en écoutant la radio comme chaque matin, comme tous les matins du monde, depuis l’an 778 jusqu’à aujourd’hui.


Turold, l’écuyer de Roland, raconte chaque jour la Chanson de Roland.


Son monde ancien, teinté de mélancolie et de fureur, se déploie au présent avec ses poules Suzon et Paulette, son incroyable ânesse Chipie de Brocéliande et ses varlets, complices de sa folie.


Le vieil homme revit la bataille de Roncevaux et nous raconte tout à l’avenant la folle vaillance de son maître, la mort d’Olivier, son voyage sur la lune, la recette de l’omelette des Vascons et la fin épique du chevalier Roland au champ de bataille.


Aux prises avec ses fantômes, coincé dans un présent perpétuel, Turold nous emporte dans un tourbillon joyeux et poétique, pour nous faire vivre sa chanson de geste et réfléchir sur la démesure du Héros.


Retour aux premières sources de la poésie épique française pour Gramblanc.


Après Lucky, Richard III ou Dom Juan, le voici aux prises avec un texte fondateur, une épopée mille fois remaniée et mille fois oubliée : le récit de la mort de Roland.


Les performeurs médiévaux (jongleurs, troubadours et autres) allaient la chanter dans les pays pour raviver la mémoire des exploits accomplis par les Francs au temps de Charlemagne.


Aujourd’hui, vêtu de son pyjama, paré d’un heaume et d’un bâton de bois, Gramblanc s’expose à ces quatre mille décasyllabes composés dans la langue rocailleuse, verte et torrentielle du XIème siècle, ici adaptée pour en favoriser l’écoute sans en perdre la nature.


Nous revivons l’action avec lui, que le récit traverse et transporte là où les félons trahissent, là où les chevaliers combattent, là où les héros meurent, là où le roi venge ses vassaux.


Soutenu par la musique de Bernard Amaudruz qu’accompagnent les improvisations distillées par Jean-Luc Therminarias, encouragé par l’engagement physique du public convié à prêter main forte au clown enragé, Jean Lambert-wild se rue dans une performance totale concoctée avec Lorenzo Malaguerra où l’économie de moyens amplifie l’expérience singulière et oubliée de la geste médiévale.


Car la poésie épique n’est pas composée pour être lue au coin du feu ou dans des manuels scolaires, mais pour brûler par sa profération, et nous tenir en haleine jusqu’à son dernier vers.


Avec un vrai âne, retrouvez l'incroyable Jean LAMBERT-WILD composant une Chanson de Roland ubuesque et inédite !
©Tristan Jeanne Valès
©Jean Lambert-Wild & Malaguerra & associés

Coproduction GRRRANIT SN
Production La Coopérative 326 - Jean Lambert-Wild, Malaguerra et associés
Production déléguée : La coopérative 326

Co-production : Théâtre de l’Union – Centre Dramatique du Limousin, Théâtre du Crochetan –Monthey (Suisse), Le Sirque - Pôle national des arts du Cirque de Nexon Nouvelle Aquitaine
Avec le soutien: Du centre équestre Mané Guernehué de Baden
Le spectacle est soutenu par le réseau Canopée

Traduction, adaptation & écriture : Marc Goldberg, Jean Lambert-wild & Catherine Lefeuvre
Direction : Jean Lambert-wild & Lorenzo Malaguerra
Avec : Jean Lambert-wild, Aimée Lambert-wild accompagnée de l’ânesse Chipie de Brocéliande & Vincent Desprez accompagné des poules Suzon et Paulette.
Musique et création sonore : Bernard Amaudruz accompagné de Jean-Luc Therminarias
Scénographie : Jean Lambert-wild
Lumières : Claire Debar-Capdevielle
Costumes : Annick Serret-Amirat & Simon Roland
Maquilleuse, habilleuse : Christine Ducouret
Régie générale : Vincent Desprez
Régie son : Maël Baudet
Régie Lumière : Renaud Lagier
Signature de Gramblanc : Jean Lambert-wild
Photographies : Tristan Jeanne-Valès
Décor construit par les ateliers du Théâtre de l'Union : Alain Pinochet
Dessins et peintures : Daniel Roussel
Le texte intégral est publié aux éditions Les Solitaires intempestifs.
Tous publics jusqu'à 123 ans